• IDENTITÉS
  • IDENTITÉS
  • IDENTITÉS

LE TERROIR

Le morcellement du terroir offre une grande diversité de sols (graves, sables, argiles) et d’expositions, permettant l’implantation de l’ensemble des cépages emblématiques de Bordeaux.
Le vignoble du domaine se compose de 6 îlots implantés au cœur de la commune de Léognan, sur les croupes graveleuses dessinées par l’ancien lit de la rivière traversant le village, l’Eau blanche.

41 hectares de vignes d’une moyenne d’âge de 20 ans composent le vignoble du Château Haut-Bergey. Certaines parcelles atteignent 60 ans.

2 HA DE CEPAGES BLANCS
Sémillon (18%)
Sauvignon Blanc (82%)


42 HA DE CEPAGES ROUGES
Merlot (43%)
Cabernet Sauvignon (43%)
Cabernet Franc (8%)
Petit Verdot (5%)
Malbec (1%)

Paul GARCIN

Directeur général

Un grand cru se doit de raconter l’art qui se cache en son terroir et les hommes qui le façonnent.

Sensible aux formes les plus diverses de l’expression artistique, Paul Garcin trouve dans la créativité du travail du vin un véritable territoire. Après une incursion dans le cinéma puis la musique, il rejoint les domaines familiaux en 2007, et plus particulièrement le Château Haut-Bergey où il a passé une grande partie de son adolescence. Soucieux d’expériences, il développe sa formation par la dégustation, en autodidacte et sur le terrain. Porté par l’implication de viticulteurs passionnés rencontrés dans la France entière, il forge son expérience sur les valeurs de l’engagement, du plaisir du partage et du respect du terroir.
Sensibilisé très tôt à la question de l’approche biologique par son épouse Marilène, diététicienne de formation, il est vite séduit par les orientations écologiques, et surtout biodynamiques, de ceux qu’ils croisent et dont il apprécie les vins.

« La différence entre un grand vin et un très grand vin s’est révélée pour moi un petit cap qui se jouait non plus sur l’organoleptique mais sur l’émotionnel. Un cap d’émotion et de vibration que je n’ai éprouvé, presque exclusivement, que dans des vins en biodynamie. »

Sa responsabilité et l’importance d’une présence sur place le décident à vivre sur la propriété : avec son épouse qui est son grand soutien et leurs deux enfants, il partage au quotidien la vie du vignoble et des chais.

Lorsqu’il prend la tête du Château Haut-Bergey en 2014, il renouvelle et de resserre l’équipe dans le cadre d’une vision nouvelle du domaine et de ses vins. Il opère la conversion au bio en 2015 puis fait le choix de la biodynamie sur l’ensemble du vignoble dès 2016.

Cap de la concrétisation des efforts et de la reconnaissance, la certification bio et biodynamique (AB et Demeter en 2018 et Biodyvin en 2019) fait du Château Haut-Bergey la première propriété de l’appellation certifiée en biodynamie.

ANNE-LAURENCE DE GRAMONT

Directrice de culture

La biodynamie est une démarche qui demande énormément de présence, de précision et de rigueur.

« La biodynamie nous donne des outils qui ont un lien avec le bon sens vigneron, le bon sens paysan. C’est une démarche qui demande énormément de présence, de précision et de rigueur. »

C’est après une formation en Champagne, Maury, Nouvelle-Zélande, Californie et Sauternais qu’Anne-Laurence de Gramont, jeune ingénieure en Viticulture et Œnologie et détentrice de son DNO, arrive Château Haut-Bergey en 2014. Une première expérience dans un vignoble bio, un goût pour les vins justes et un souci affiché de conduire un vignoble sans produits chimiques ont immédiatement convaincu Paul Garcin de lui confier le poste de directrice de culture.
Elle opère dès 2015 l’expérimentation de l’agriculture biologique sur la totalité du vignoble.

Sensibilisée dans le même temps à la biodynamie, elle est profondément séduite par le respect des rythmes de la nature, le retour à l’observation des plantes et l’implication totale du vigneron dans son terroir. Un test concluant sur un demi hectare, conduit en équipe serrée, détermine la conversion intégrale en biodynamie dès 2016.
La biodynamie implique une grande flexibilité d’horaires, pour l’élaboration des préparations dont elle s’occupe comme pour leur passage à des moments clés de la journée et du mois, tout au long de l’année. L’état d’esprit est primordial, et l’intention positive doit toujours être liée au geste. Ce point lui est essentiel et elle voit avec plaisir les mêmes groupes de saisonniers revenir chaque année, « pour le sens qu’ils y trouvent ».
Déterminée et convaincue, elle œuvre pour retrouver en Haut-Bergey l’authenticité et la typicité des vins qu’elle aime.

François PROUTEAU

Maître de chai

Ce qui est important dans la façon de développer un vignoble, c’est qu’à la fin, tout soit exceptionnel. Je pense que c’est le travail d’une vie.

Lorsqu’il arrive en 2012 au Château Haut-Bergey, François Prouteau a déjà travaillé durant 3 ans au sein des Vignobles Garcin.
Des origines vigneronnes très anciennes à Bonnezeaux en Anjou et une éducation toute familiale au monde du vin lui ont donné très tôt le goût de la nature. Amateur de vins rouges, et désireux de voir d’autres horizons, il s’installe en Gironde en 2008 pour suivre un BTS Viticulture et Œnologie à l’Institut de Vayres, suivi d’une licence Qualité. Par l’alternance, il rencontre les propriétés de la famille Garcin et tout au long de ses études jusqu’en 2011, travaille dans le cadre des domaines de la Rive droite, à Pomerol et Saint-Emilion.
Fraîchement diplômé, à la faveur du départ du maître de chai, il est sollicité pour assurer une transition au Château Haut-Bergey. C’est ainsi qu’il intègre l’équipe en 2012... pour ne plus la quitter.

Il vit alors les changements impulsés par Paul Garcin avec lequel il partage un même goût pour les vins qui expriment leur terroir. De cette approche naît la nouvelle vision qui est à l’œuvre et lui permet de développer une vinification plus personnelle, garantissant des vins épurés et frais, véritablement authentiques.
Conscient du temps nécessaire pour goûter la totalité des bienfaits de l’approche biodynamique sur les vins, il apprécie pleinement les principes d’échanges qu’il vit au sein de l’équipe. Particulièrement restreinte et soudée, atypique pour un domaine de plus de 40 ha, elle rejoint exactement sa conception historique du monde du vin : professionnelle et amicale, voire familiale, dédiée à la recherche de la justesse et au plaisir du partage.